7081086007_301318ae1e_o

Les Jeunes Radicaux de Gauche des Bouches du Rhône, soutenu sans réserve par leur conseil national,  dénoncent le rapprochement de certains membres du PRG 13 avec l’UMP dont le président Michel Dary et la secrétaire Lisette Narducci. Ils condamnent également la nomination de Michel Dary comme adjoint au maire UMP chargé de la lutte contre les discriminations. Il est désormais acquis que ces deux responsables de la fédération sont devenus des cadres de la droite marseillaise.

La deuxième ville de France va connaitre au final 25 ans d’immobilisme. Bien que Lisette Narducci combattit, au sein des rangs de la gauche, la politique de la droite conservatrice pendant toutes ces années, il n’aura suffi que 48h, au lendemain du premier tour des municipales, pour tout balayer et venir rejoindre ceux qu’elle a tant combattue, ceux qui n’ont rien entrepris pour dynamiser Marseille et améliorer les conditions de vie de ses habitants.

Ceci constitue la plus flagrante des preuves de manque de constance et d’honnêteté intellectuelle de ces deux personnes.

L’éternelle rengaine sur les négociations non abouties et les accords non respectés par les responsables du Parti Socialiste et leur mépris à notre égard est bien partagée et intégrée dans l’esprit des JRG. Les Socialistes ont eux aussi une part de responsabilité. Mais cela ne constitue pas une excuse pour cautionner cette adhésion aux idées et aux projets de l’UMP.

Les JRG se réclament héritiers de Pierre Mendès France. Homme d’Etat, Radical dans le plus profond de son être, qui prônait la méritocratie, la rigueur en politique, toujours remettre l'ouvrage sur le métier, et qui s’est battue pour instaurer une véritable étique de la République. Il considérait avant tout qu’en Démocratie, rien n’est plus néfaste que le silence, le secret ou pire encore le mensonge.

Car oui Michel Dary et Lisette Narducci n'ont pas été honnêtes face aux militants et aux électeurs. Ils ont trahis le Radicalisme, en bradant les valeurs et les convictions Radicales, dans le but de satisfaire leurs intérêts personnels, et ainsi vassaliser notre parti à l’UMP. Ils ne sont plus les leaders de la fédération aux yeux des Jeunes Radicaux de Gauche, ils se sont gravement discrédités.

Ces agissements ont déjà été dénoncés, une suspension a été prononcée par le président Jean Michel Baylet. Mais cette sanction n’est pas suffisante, l’exclusion doit être sans appel et sans aucune concession. Les JRG exigent également que le nom « Parti Radical de Gauche » et le logo du parti ne devront plus être employé dans toutes les formes de communication, prises de parole ou même citations dans la presse se rapportant à Michel Dary et Lisette Narducci.

Il est clairement évident que les conseillers municipaux « radicaux » font partis de la majorité UMP. Que vont penser les électeurs en voyant que le parti de ces mêmes conseillers est présent au gouvernement et constitue une composante de la majorité parlementaire. Rappelons que la fédération PRG 13 a fait campagne pour le Président de la République François Hollande.

Que feront ces élus lorsque le projet de métropolisation deviendra réalité ? Que fera la fédération PRG 13 dans la campagne des européennes ? Fera-t-elle alliance avec l’UDI et l’UMP ? Alors que l’accord national nous fait collaborer avec le PS et que nous avons deux candidates dans les circonscriptions sud-est et sud-ouest.

Pour les Jeunes Radicaux de Gauche des Bouches du Rhône, le prochain combat sera d’inciter les citoyens de s’emparer du destin de l’Europe en allant voter pour la liste PRG-PS.

Il n’est pas non plus question que concernant les autres échéances électorales, notamment sénatoriales, cantonales et régionales, que les Radicaux de Gauche soient une nouvelle fois trainés dans la boue par des accords et des alliances avec des personnalités dont les aspirations et les convictions ne sont pas en adéquation avec les nôtres.

Les JRG gardent l’espoir d’une réelle prise de conscience de leurs aînés pour sauvegarder notre parti des appétits égoïstes de certains, qui sont prêt à fouler du pied les valeurs qui animent chacun d’entre nous, l’héritage de la philosophie des Lumières et des grands hommes qui ont façonnés notre République.

 « Ce que j’appelle un Radical, c’est un homme qui aime le droit et l’égalité... . Son programme c’est lui-même. Son Radicalisme est en lui et non sur les affiches qu’il a signées. » Léon Bourgeois.

 

Par les Jeunes Radicaux de Gauche des Bouches du Rhône.

Fait à Marseille le 15 Avril 2014